Aujourd’hui dans votre KutlBox : Mars Attacks !

Réalisé par Tim Burton et sorti en 1996, Mars Attacks ! est un monument de la culture sci-fi des années 90. Inspiré d’un jeu de cartes à collectionner Topps, le film prend le pari de tourner en dérision les films de science-fiction des années 50 avec un côté old school et des effets spéciaux particuliers… Alors, pari réussi ?

Bande-annonce officielle du film Mars Attacks !

Il existe deux catégories de personnes… – 5/5

… celles qui penseront que ce film est un total navet (à l’image de la critique qu’en fait Télérama, qui a noté le film xx/10) et regretteront d’avoir perdu 106 minutes à le regarder; et les autres, qui sauront qu’ils viennent de voir un monument de la culture satirique américaine dans toute sa splendeur.

Avant toute chose, intéressons-nous au synopsis de cette pépite : l’humanité (enfin, les américains d’abord) découvre l’existence des Martiens lorsque ces derniers envoient une flotte de soucoupes volantes vers la Terre. Le Président des États-Unis fait alors une annonce en direct afin d’entrer en contact avec eux, et un processus de dialogue pacifiste semble se mettre en place, avec une rencontre dans le désert du Nevada. C’est la joie aux États-Unis, le public et l’armée se pressent pour assister à la rencontre. Malheureusement, les Martiens ne viennent pas en paix, mais surtout pour conquérir la Terre, avec une technologie des plus avancées…

On vous l’accorde, le synopsis aurait pu être pondu par un étudiant en classe de Terminale, mais c’est exactement l’objectif visé : faire passer une véritable critique de la société américaine et du monde en général, au travers d’envahisseurs désinvoltes qui n’ont strictement aucune morale, et qui semblent totalement stupides. Le casting semble sorti d’un rêve, avec des acteurs et actrices au sommet de leur art : Jack Nicholson, Pierce Brosnan (délicieusement british), Michael J. Fox (dont [SPOILERS] la durée de vie aurait pu être rallongée, dommage) Glenn Close, Annett Bening, Danny De Vito, Tom Jones (on vous expliquera plus tard)… Même les personnages secondaires font saliver d’envie le tout-Holywood à la sortie du film ! On comprend donc comment le public a pu tomber de haut après la séance…

Une critique parfaitement assumée – 4/5

Si ce film est assurément parodique, il est intéressant d’en comprendre la visée, car Burton tire sur à peu près tout ce qui bouge dans Mars Attacks !. Petite liste exhaustive des cibles :
les films de science-fiction portant sur la vie extra-terrestre (et son contact avec l’humanité) -et notamment Independance Day, sorti peu de temps avant, au travers d’un patriotisme exacerbé- et leurs scènes de destruction massive.
la toute-puissance américaine : parce que oui, l’armée américaine est la plus puissante mais que non, elle ne peut rien contre l’envahisseur.
la société américaine sous tous ses aspects : son puritanisme, son entertainment, ses politiciens (notamment un Président naïf, dont la mort égale celle de Marion Cotillard dans The Dark Knight Rises), ses scientifiques, ses classes sociales (de la Première Dame à la prolétaire en caravane), tout y passe !

Et c’est ce dernier point qui se révèle particulièrement intéressant : il explique l’hécatombe au box-office du film de Tim Burton dans son pays d’origine. En effet, Mars Attacks est cruellement drôle : il représente les Américains comme ayant soit des préoccupations bassement matérielles, soit des idées spirituelles ridiculement clichés, soit une candeur à toute épreuve, le tout en trucidant tous leurs symboles. C’est un massacre de tous points de vue.

Pour résumer l’intégralité de la dimension critique du film, une seule expression s’impose : quand il n’y en a plus, il y en a encore. Et c’est ce qui rend le film jouissif.

Des effets spéciaux en bout de chandelle – 4/5

Sur ce point, on ne va pas se mentir : même au regard des effets spéciaux de l’époque (cf. Independance Day), ceux que l’on retrouve dans le film sont, pour certains, lamentables. Ils sont d’ailleurs caractérisés par deux éléments assez importants :
les soucoupes volantes, dont on dirait que ce sont des assiettes d’aluminium grossièrement dessinées que l’on fait voler en les tenant au bout d’un fil (notamment au début du film, lors de l’apparition du logo Warner Bros) mais qui se révèlent être des symboles du mythe extra-terrestre que l’on apprécie retrouver ici.
les Martiens : si aujourd’hui, les personnages de Mars Attacks ! sont devenus des icônes des films de science-fiction old school, ce n’est pas pour rien. Leur faciès est absolument hilarant, ne respectant aucune proportion humaine et offrant un contraste effarant : tant de capacité crânienne pour si peu d’intelligence ! Avec leur gestuelle et leurs voix, ces personnages ont de quoi faire rire, et apportent toute la dose d’« humour explicite » du film…

Des effets spéciaux en bout de chandelle, donc, mais au service de Burton : en s’appuyant sur cet aspect ridicule et bancal, ils permettent au spectateur de rire de l’absurde de ce film, et pas seulement au niveau de son synopsis.

Une bande-son marquée par deux titres. Uniquement. – 4/5

Bon, c’est là que le bât blesse, mais on ne s’attendait pas non plus à une bande-son épique pour ce film au vu des intentions du réalisateur (si vous ne suivez pas, rendez-vous en début d’article). La bande-son de ce film est composée par Danny Elfman (qui composera plus tard la B.O. d’Avengers : Age of Ultron) : normale, quoique un brin dépassée car puisant son inspiration dans les films de science-fictions des années 60-70. Seuls deux titres détonnent :
Indian Love Call, de Slim Withman. La raison est [SPOILER] assez simple, c’est tout simplement parce que c’est le seul moyen pour l’humanité de se débarrasser des envahisseurs : leur passer ce titre, jusqu’à ce qu’ils en meurent. Et on comprend pourquoi ; le titre est dérangeant du début à la fin, avec ces effets de reverb et sa voix instable. Écoutez, vous comprendrez mieux.
It’s not unusual, de Tom Jones. Et vu le nombre de fois où cette musique passe dans le film, on se demande si Burton n’avait pas des actions dans la carrière de Jones, qui figure d’ailleurs au casting dans… son propre rôle. Qui de mieux que ce crooner pour représenter Las Vegas, symbole de la folie américaine ? En bref, on obtient une piste décalée, du titre jusqu’au rythme, et qui contribue à cet aspect drôle et complètement barré du film.

Score final : 17/20

Et c’est un bon score pour ce monument des films de science-fiction. Mars Attacks ! délivre une délicieuse critique de notre bonne vieille Amérique avec une cruauté et un humour noir rarement vus dans un film tout public. L’oeuvre dérange, son sens est dur à saisir, mais c’est l’outil rêvé pour tout réalisateur ayant envie de placer une critique avec justesse. Mars Attacks ! obtient donc la note de 17 sur 20, en perdant quelques points sur sa portée difficile à saisir et ses effets spéciaux parfois (trop) bancals, mais en restant un film culte.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :