Aujourd’hui dans votre Kultbox : les Grammy Awards 2020, une édition entre ombres et lumière

La 62ème cérémonie des Grammy Awards s’est déroulée dans la nuit du 26 au 27 janvier dernier, en présence de tout le gratin de la musique américaine. Présentée par Alicia Keys, elle a été marquée par les hommages au rappeur Nipsey Hussle et au basketteur Kobe Bryant, tout en voyant Billie Eilish triompher dans quatre catégories majeures. On y a vu Lil Nas X, les BTS, Tyler, the Creator, Ariana Grande ou encore Demi Lovato, bref : le debrief de cette 62ème édition, c’est ici !

Une cérémonie marquée par les hommages à Bryant et Hussle

De nombreux hommages ont été rendus au long de la cérémonie en la mémoire de Nipsey Hussle, décédé le 31 mars dernier, et de la star de la NBA Kobe Bryant, disparu dans un accident d’hélicoptère quelques heures plus tôt. Alicia Keys a rendu hommage au joueur des Los Angeles Lakers dès l’ouverture de la cérémonie, en chantant a capella le titre It’s hard to say goodbye to yesterday dans un Staples Center parfaitement silencieux. Cette salle avait vu Bryant et l’équipe des Lakers s’illustrer au cours de nombreux matchs de basketball, et c’est dans un silence total qu’on résonné les premiers mots de la soirée : « We love you Bryant« .

L’hommage d’Alicia Keys à Kobe Bryant

Nipsey Hussle, abattu à Los Angeles le 31 mars 2019 à quant à lui reçu à titre posthume les prix de la « meilleure performance rap » et « meilleure collaboration rap/chant » pour les titre Racks in the middle et Higher. Meek Mill, YG, Roddy Rich, Kirk Franklin, John Legend et DJ Khaled ont quant à eux rendu hommage au rappeur en interprétant sur scène Letter to Nipsey. Une performance saluée par un public ému, malgré qu’elle ait été quelque peu gâchée par l’excessif Dj Khaled, survolté comme à son habitude.

DJ Khaled,, à gauche, sur scène pour rendre hommage au regretté Nipsey Hussle – Source : Matt Sayles/Invision/AP

Pronostics et pokerface : Billie Eilish rafle totalement la mise

C’est LA grande gagnante de cette 62ème édition, repartie avec 5 prix dont celui du “meilleur enregistrement de l’année”, “révélation de l’année”, “album de l’année”, et “chanson de l’année” pour son titre Bad Guy. Billie Eilish, 18 ans, est à ce jour la plus jeune artiste à avoir été récompensée dans les quatres catégories majeures de la cérémonie. Elle remporte également le prix du “meilleur album vocal pop”, et s’offre une victoire surprenante, lorsqu’on sait qu’elle était nominée avec des artistes plus (re)connus comme Ariana Grande, Bon Iver, Post Malone, ou encore Taylor Swift.

Bad guy – Billie Eilish

Pourtant donnée favorite avec ses 8 nominations, Lizzo (de son vrai nom Melissa Jefferson) s’est inclinée face à la tornade Billie Eilish. La rappeuse s’est vue décerner trois prix: celui de la “meilleure performance pop solo” pour son titre Truth hurts, du « meilleur album urbain contemporain », et de la « meilleure prestation vocale RnB traditionnelle » pour le titre Jerome.

Quid des performances ?

Sur ce plan là, on a eu droit à Lil Nas X et son désormais célèbre Old Town Road, qu’il a repris avec les coréens BTS, premier groupe de K-Pop à performer au cours de cette cérémonie. Tyler, the creator, a quant à lui interprété son titre EARFQUAKE sur scène, dans un style assez particulier. Qu’importe, le lauréat du « meilleur album rap » de l’année a offert au public une prestation théâtrale et remarquée, rappant entouré de clones pour finir son morceau en tombant dans une fosse enflammée.

Tyler, the creator a reçu le prix du « meilleur album rap » avec Igor

Cette 62ème cérémonie des Grammy Awards a également vu le retour de la chanteuse Demi Lovato sur scène, après son overdose en août 2018. Vêtue d’une robe blanche, seulement accompagnée d’un pianiste en costume sombre, elle a préféré une disposition scénique minimale, toute en simplicité. En larmes, elle a demandé au pianiste qui l’accompagnait de recommencer le morceau, dont les paroles étaient pour le moins équivoques :

I feel stupid when I sing
Nobody’s listening to me
Nobody’s listening
I talk to shooting stars
But they always get it wrong
I feel stupid when I pray

Demi Lovato – No one – Source : Genius

Un moment lui aussi salué par le public, friand de ce genre de performance mêlant à la fois talent et émotion, bien qu’ici les circonstances soient très différentes. L’artiste n’a pour le moment pas annoncé de projet à venir, mais cette apparition a eu l’effet escompté : rassurer l’industrie musicale et ses fans.

En somme :

En somme, une cérémonie endeuillée par la perte de Nipsey Hussle et de Kobe Bryant, mais tout de même illuminée par les hommages, communs et respectifs. Les victoires de Billie Eilish prouvent que les Grammy Awards peuvent encore réserver des surprises, et que le succès n’a pas d’âge. On pourra toutefois déplorer une certaine homogénéité parmi les nominés : en effet, on retrouve (trop) souvent les mêmes artistes dont le succès est relativement récent. Si l’on peut y voir le signe que les plus chevronnés laissent la place aux nouveaux talents, ce genre de situation reste frustrant pour les habitués de cette cérémonie…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :