Donald Trump et les fake news, un couple fait pour durer ?

Nous sommes enfin au dénouement des élections présidentielles américaines, ou du moins connaissons-nous les premières tendances. Derrière un Joe Biden prudent quant aux résultats, Donald Trump n’a rien perdu de sa tonitruance… ni de ses mauvaises habitudes. Avec une fake news supplémentaire à son actif, ce qui n’est pas sans conséquences…

Un élément d’actualité

Alors que les résultats finaux des élections présidentielles américaines se font attendre, certains politiques s’impatientent… C’est donc presque naturellement que Donald Trump a annoncé une fake news lors d’une conférence à la Maison-Blanche, en prétendant faussement à la victoire. Faussement, car la particularité du système électoral américain, combinée à l’usage massif du vote par correspondance laisse encore des millions de votes non comptés. Comme l’explique l’agence de presse AP, il est encore trop tôt pour se prononcer sur le vainqueur de ces élections.

Trump et les fake news, une longue histoire

Une fois n’est pas coutume, Donald Trump a rapidement été “rattrapé par la patrouille”, comme l’explique Charles Magnien sur RMC. Le tweet du Président dans lequel il affirme avoir remporté l’élection a rapidement été repéré par les équipes de modération de Twitter, et en partie censuré. Un désaccord de plus entre le réseau social à l’oiseau bleu et l’homme politique frivole de noms d’oiseaux… qui n’en est pas à son coup d’essai. Selon le Washington Post, Donald Trump aurait en effet prononcé plus de 19 127 déclarations fausses ou trompeuses, en l’espace de 1 226 jours de mandat. 

Twitter met le paquet – Crédits : @realDonaldTrump (Twitter)

Alors que la pandémie de COVID-19 fait toujours rage, le candidat a un second mandat a également obtenu un titre supplémentaire : celui de vecteur majeur dans la propagation de fake news. Selon une étude de l’Université de Cornell, qui a analysé plus de 38 millions d’articles liés au COVID-19, les réactions de l’actuel Président des États-Unis sur certains sujets controversés ont grandement contribué à la propagation de fausses informations. Au programme : théories du complot, remèdes miracles pour le COVID-19, affiliations à la 5G…

Les fake news, un argument journalistique ?

Nul doute qu’avec autant d’affirmation erronées de la part du Président des États-Unis, la tâche s’annonce ardue pour les journalistes qui doivent vérifier ces faits. Si l’on entend souvent que les fake news contribuent à la défiance du public envers les médias, elles peuvent également justifier leur travail. C’est ce qu’explique Florian Dauphin lorsqu’il donne la définition “journalistique” des infox dans la revue Études de la Communication en février 2019. En effet, sous un autre point de vue, la crédibilité des journalistes passe aussi par leur capacité à démentir ces “fausses nouvelles” et à justifier ce démenti, légitimant ainsi leurs connaissances. La désinformation quotidienne de Donald Trump et ses sorties contre les journalistes américains qu’il qualifie “d’incompétents” contribueraient donc… à crédibiliser ceux-ci. Une relation complexe, donc, mais qui n’efface pas le constat de départ : en période de tensions politiques, comme c’est le cas pour les présidentielles étatsuniennes de 2020, mieux vaut creuser un peu avant de retweeter à la volée.

Publié par Quentin-Mathéo PIHOUR

Étudiant en journalisme à l'IUT de Lannion, fondateur d'All In. et rédacteur pour le média urbain 1863

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :